Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog philosophique de francois CHARLES

poesie

Ma douce bisontine

22 Juin 2022 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie, #Rêves européens

Ma douce bisontine

 

Mon cœur était en joie

Préparant le repas

Car je savais qu’un ange

Rentrait dans ma journée

 

Mes yeux m’ont remercié

De bien te contempler

De donner à mes sens

De tous se réveiller

 

La douceur de ta peau

Et surtout de ton être

M’ont porté dans l‘extase

Autant qu’on puisse l’être

 

Merci d’être venue

Pour partager ma table

Préparée avec soin

Pour ta présence aimable

 

Merci d’être venue

Visiter ma maison

Visiter mes jardins

Dans ton regard serein

 

Merci pour la promenade

D’être allée voir les vaches

Découvrir mon village

Et puis mes coins de pêche

 

Merci pour ces moments

Où nous avons parlé

Où tu t’es assoupie

Où je t’ai caressée

 

Mes pour nos échanges

Sur nos activités

Et sur nos émotions

Finalement partagées

 

Ton corps me plait beaucoup

J’aime ton visage radieux

Ton sourire lumineux

Et que dire de tes yeux

 

J’aime ta discrétion

Ton charmant caractère

Ta belle Intelligente

Et ta curiosité

 

J’aime aussi ta façon

De me donner ta main

Et surtout au retour

Quand tu as pris mon bras

 

J’ai enfin adoré

La douceur de tes lèvres

La chaleur de ta bouche

Et l’envie de t’aimer

 

Je prierai Fatima

Ou bien alors St Claude

Ou même d’autres saints

Pour te revoir très vite

 

Je saurai patienter

Pour mieux te découvrir

Même avec handicap

Il faut positiver

 

Nous irons pic-niquer

Visiter des musées

Visiter d’autres villes

Ou bien d’autres régions

 

Et puis quand nous irons

Sur les Champs-Elysées

N’oublions surtout pas

De bien nous embrasser

 

Lire la suite

Seul

10 Juin 2022 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

Seul

 

Rien ne vaut qu’être seul

Pour tous ceux qui le veulent

Plutôt qu’accompagné

Et toujours ennuyé

 

Je dors quand je veux

Et surtout comme je veux

Avec qui je veux

Me réveille quand je veux

 

Me promène quand je veux

Et surtout où je veux

Habillé comme je veux

Et chaussé comme je veux

 

Je choisis mon expo

Et pourquoi pas photo

Le musée que je veux

Le cine que je veux

 

Je regarde qui je veux

Admire qui je veux

Je touche qui je veux

Et caresse qui je veux

 

Je baise quand je veux

Et surtout où je veux

Mais aussi qui je veux

Enfin quand je le peux

 

Je sors quand je veux

Pour faire ce que je veux

M’organise comme je veux

Et rentre quand je veux

 

 

Je pleure quand je veux

Au moment que je veux

Après un film ou deux

Sois-je triste ou heureux

 

Je choisis comme je veux

Décide ce que je veux

Dirige comme je veux

Dis merde à qui je veux

 

Décore comme je veux

Rénove comme je veux

Me chauffe comme je veux

Et bois ce que je veux

 

Conduis comme je veux

Dans l’auto que je veux

Fais le bruit que je veux

Même la nuit si je veux

 

Je cuisine comme je veux

Je mange quand je veux

Mais aussi comme je veux

Sans beurre si je peux

 

Je travaille quand je veux

Aux heures que je veux

En faisant ce que j’veux

Et avec qui je veux

 

Mais tout le monde le sait

Rien ne vaut qu’être à deux

Jusqu’à ce que les bleus

Nous séparent peu à peu

Lire la suite

Suis-je chez moi ou bien chez les oiseaux ?

22 Mai 2022 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

Suis-je chez moi ou bien chez les oiseaux ?

 

A chaque fois que je sors

Chaque fois que je jardine,

Que j’entretiens la ferme

Devenue une forêt

 

Dès que je me promène

Que je songe en silence

Me ressource dans des pauses

Ou bien que je médite

 

Que ce soit en journée

Ou parfois en soirée

Et même souvent la nuit

Quand tous les chats sont gris

 

Je me demande parfois

En bon très Saint François

D’Assise bien entendu

Qui habite donc chez l’autre ?

 

Je parle des oiseaux

Qui nichent dans mes arbres

Piaillent des uns aux autres

Et s’appellent en sifflant

 

Les uns dans les sapins,

Les autres dans les saules,

Cerisiers, noisetiers

Tulipiers et pruniers

 

Et parfois mes maisons

Les granges et hangars

Les greniers et clapiers

Garages et cheminées

 

Je les ai reconnus

Tourterelles et corbeaux

Corneilles et moineaux

Mésanges et hirondelles

 

Rouge gorge et fauvettes

Etourneau et ramiers

Merles et Pinson

Pic vert ou bien faucon

 

Mais le plus belle de toute

Est la huppe faciée

Sans doute messagère

Du pays de Buffon

 

Et quand s’approche la nuit

Viennent les chauves-souris

Les chouettes et les hibous

Dont parfois les petits

Tombent hélas des nids

 

Que se disent-ils donc ?

Me saluent-ils ou se moquent-ils ?

M’appellent-ils pour parler ?

Veulent-ils me prévenir

De bonheurs ou chagrins ?

 

Ma foi je n’en sais rien

Je les nourris, je les regarde

Je les observe et les épie

J’essaie leur chant

Bien maladroit

 

Et vous, en avez-vous ?

Lire la suite

Mon poème pour Greta

15 Novembre 2021 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

Mon poème pour Greta

 

Sainte Greta écolo

Ne sois donc pas trop triste

Pour cette cop 26

Tu vas pouvoir en fait

Continuer tes discours

De jeune influenceuse

Aux allures de démon

Aux airs de sermons

 

Tu n’es pas la première

Et bien d’autres avant toi

Ont rappelé à l’ordre

Les puissants de ce monde

Pour essayer ma foi

De réduire ça et là

Le taux ce Co2

Pour les jeunes et les vieux

 

Les animaux aussi

Ont même tout tenté

Et le plus grand succès

Sans les réseaux sociaux

Ni même de micro

A été la baleine

Qui descendit le Rhin

Pendant quinze matins

 

Tu énonces des faits

Eux annoncent des fêtes

Mais parfois tout s’écroule

Quand on ne te croit plus

En Jeanne d’Arc que tu es

Quand tu n’as plus tes voix

Ou qu’elles sont sur la croix

 

Les politiques te blâment

Confortés par leurs votes

Sans sagesse, ni prudence 

Justice, ni éloquence 

Et veulent te renvoyer

Sur les bancs d’écolier

Avec une bonne fessée

 

Mais ils agissent pourtant

Certes aussi à leur rythme

Pour changer le climat

Au gré de leurs moyens

Et de leurs convictions

Au gré des discussions

Et de leurs décisions

 

Populations non plus

Américains eux-mêmes

Ne t’ont pas attendu

Pour faire vite arrêter

Les mauvais CFC

Qui détruisaient le trou

De notre couche d’ozone

 

Les jeunes te reconnaissent

Dans tes cris et tes larmes

Scientifiques et techniques

Voient même ton instruction

Au-delà il est vrai

Des plaques tectoniques

Qui agissent pourtant

Avec leurs volcans

 

Mais que proposes-tu donc ?

Vas-tu nous foutre en l’air

Nos centrales nucléaires

Pour réclamer de l’air

Qui pourtant a l’air clair

Sauf quelques particules

Prends donc leur matricule

 

Est-ce vraiment réaliste

Et même réalisable ?

Vas-tu crier en Chine ?

En Russie ou ailleurs

Où rugissent les centrales

Réduisant le charbon

Mais peut-être est-ce bon ?

 

Faut-il leur envoyer

Des missiles bien méchants

Pour très rapidement

Les réduire à néant

Mais il faudra penser

A celles des Allemands

Plus tard ou bien maintenant

 

J’aimerais bien t’écouter

Si un jour tu voulais

Mais ce n’est pas vendeur

Et pas très bucolique

Bien vouloir nous parler

Du mix énergétique

Passant par l’hydraulique

 

Et à l’heure où total

S’aventure au soleil

J’aurais aussi un rêve

Celui que la filière

Que l’on dit nucléaire

Puisse aussi financer

Eoliennes et panneaux

Lire la suite

Avoir un an de plus

14 Novembre 2021 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

 

Quel que soit le jour,

Quel que soit le pays

Quel que soit le mois

Quelle que soit la race

Ou même le continent

Le temps ou l’heure qu’il fit

Nous avons en commun

D’être tous nés un jour

 

Nous ne sommes pas égaux

Comme devant la loi

Et devant la santé

Certains profiterons

D’une longue existence

Apaisée et sereine

Quand d’autres connaitront

De très grandes souffrances

Souvent gorgées de peines

 

Mais nous éprouvons tous

Le droit de respirer

De boire et de manger

De rire et de pleurer

Certes sans commune mesure

Mais pour nous rassasier

Pour pouvoir travailler

Pouvoir communiquer

Et surtout faire l’amour

 

Certains se contenteront

D’un simple litre d’eau

Quand d’autres en consommeront

Plus d’un bac et d’un seau

Certains ne mangeront

Souvent juste à leur fin

Quand d’autres gaspilleront

Plus de vin et de pain

 

A chaque anniversaire

Faut-il se souvenir

Ou penser à demain

Se rappeler le bien,

Et l’ ancrer pour demain

Les rires et les baisers

Les signes bienveillants

Tous les cadeaux sincères

Les saines reconnaissances 

 

 

Se souvenir du mal

Des coups, des injustices

De gens toujours mauvais

Des menteurs médisants

Des jaloux malveillants

Pour les faire disparaitre

Dans un coup de tamis

Dès le tout premier jour

De la nouvelle année

 

Notre âme vieillit-elle

Autant que notre corps ?

Ou vagabonde-t-elle

Car elle est immortelle

Pourquoi ne pas penser

Qu’un cerveau a 30 ans

Quand le corps a 60 ?

Pourquoi ne pas penser

Qu’une peau est bien lisse

Quand les rides apparaissent ?

 

La personne d’âge mûr

Aura sans doute pour elle

Le don de la raison

Quand le jeune aura lui

Celui de la passion

L’ancien ne pourra plus

Courir ça et là

Mais aura tout le temps

D’ici et maintenant

 

Et dans la mort enfin

Nous nous retrouverons

Ceux qui partirent trop tôt

Pour laisser une place

Ceux qui partirent très tard

Plus qu’ils n’auraient voulu

Ceux qui choisirent enfin

Le lieu et le moment

Ecrivant leur destin

 

Pensons à tous ces anges

Qui nous veillent chaque jour

Qui conseillent nos âmes

Qui orientent nos actions

Et tempèrent nos rançons

Qui décident du temps

Qui décident de nos pas

Mais eux qui ne meurent pas

Lire la suite

Ma belle observatrice

13 Mai 2021 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

Ma belle observatrice

Je te fais ce poème

Pour bien t’expliquer

Ce dont il faut comprendre

 

Toi qui te demandais

Quelle part était vraie

Quelle part était fausse

Ce que tu devais croire

 

Moi qui n’ai donc pas su

Attirer ta confiance

Alors que tu avais

Accepté d’avancer

 

Toi qui m’a fait languir

Comme aucune autre avant

Et j’ai été content

D’en être bien patient

 

Toi qui a accepté

De te laisser guider

Et même de découvrir

Certains jeux et loisirs

 

Toi pour ta façon d’être

Et pour celle de penser

Que je pouvais aider

En toute humilité

 

Tu m’attirais vraiment

Quand tant d’autres me chassent

Toi qui me reposais

Quand tant d’autres m’agacent

 

Toi qui m’a bien filtré

Et peut être un peu trop

Pour mettre tes barrières

Là où il n’en faut pas trop

 

Toi qui a provoqué

Une précipitation

Que je n’ai su gérer

Et sans rien calculer

 

Toi qui aime les choses simples

Mais avec raffinement

Qui sait être attentive

Et apprécier la vie

 

Toi qui semblais pourtant

Casser tes anciens liens

Avec tes heures sombres

Que je n’ai pu entendre

 

Toi qui pensais toujours

Ne pas me convenir

Toi qui était toujours

Dans tes vieux souvenirs

 

Toi qui ne comprenais

Certaines réactions

Quand j’attendais bien trop

Et ma foi bien trop vite

 

Je l’avoir volontiers

J’ai joué quelques jeux

Pour te faire comprendre

Une certaine impatience

Et certaines attentes

 

Nos déceptions furent grandes

Mon trop grand altruisme

Mon envie de partage

Mes demandes de sorties

T’ont sans doute paru lourds

Impossibles à gérer

 

Tu vas te réveiller

Et peut-être sauras tu

Enfin réaliser

Que je t’aimais vraiment

Que je t’aimais pour toi

Lire la suite

LE TUYAU DE NERJA

15 Avril 2020 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

Le tuyau de Nerja

 

Il était une fois

Le tuyau de Nerja

Un tuyau noir et bleu

Qui perturbait les yeux

 

Placé sur la plage

Certes oui en février

Les gens s’interrogeaient

Sur ce gros élément

 

Tuyau anti-marée ?

Ou tuyau d’incendie ?

Etait-ce un exercice ?

Une crise arrivait-elle ?

 

Les discours fusaient

Etonnés par ici

Négatifs par là

Sans même savoir pourquoi

 

Buldozers et camions

Chaloupes et bateaux

Hommes très vigoureux

Le reliaient, l’assemblaient

Non avec certains bruits

 

Le week end arriva

Le tuyau y resta

Les gens s’en approchèrent

Certain non avec flair

 

Le tuyau était propre

Et même agréable

Les enfants y jouèrent

Et même les parents

 

Peu à peu il devint

Même un genre de coussin

Une sorte d’agrément

Qu’ils s’approprièrent

 

En fait il s’agissait

D’évacuer bien plus loin

L’eau usée de la ville

Et impropre à la plage

 

Les touristes eux-mêmes

Ne pouvaient le savoir

Et l’ont considéré

Comme nouvelle attraction

 

Je ne connais la fin

Car j’ai du repartir

Certains s’en souviendront

Et d’autres l’oublieront

 

Mais le vilain tuyau

Devenu une star

Fut sans doute regretté

Et bien photographié

LE TUYAU DE NERJA
Lire la suite

LE DIFFICILE METIER D'ANGE

13 Avril 2020 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

LE DIFFICILE METIER D'ANGE
LE DIFFICILE METIER D'ANGE

Le difficile métier d’ange

 

Les anges sont partout

Les avez-vous croisé ?

Au détour d’un carrefour

Ou alors d’une nuit

 

Certains parlent d’étoiles

Ou bien alors de saints

Pour mieux les protéger

Mais ce sont bien les anges

Qui savent nous parler

 

N’avez-vous pas senti

Quelqu’un auprès de vous

Quand vous aviez manqué

De vite quitter ce monde ?

 

N’avez-vous pas senti

Une main une énergie

Quand vous aviez douté

De prendre une décision ?

 

N’étiez vous pas surpris

De pouvoir discuter

Avec cette personne

Comme par enchantement ?

 

Accident évités ou sorti miraculeux

Une fois certes oui

Mais que dire maintes fois

Quel message apprendre ?

 

Ils surveillent vos vies

Parfois ils nous protègent

Parfois ils nous punissent

et parfois nous bénissent

 

Ils retiennent les voitures

Ils empêchent les feux

Ils retiennent les chars

Ils vous ouvrent les yeux

 

Il activent les âmes

Pour qu’elles se rencontrent

Ils activent l’amour

Ou alors vous le montrent

 

N’avez-vous pas senti

Qu’il vous a protégé

Lors de ce concours

Par des gens bienveillants

Bien inconnus pourtant

 

N’avez-vous pas senti

Qu’il vous prenait la main

Pour rappeler l’être cher

Et croire au lendemain ?

 

Ils savent aussi partir

A la fin d’une mission

Ils tentent de vous prévenir

Que c’est là pour de bon

 

En émettant des voix

Mais aussi des images

En laissant un objet

Qui n’est bien que présage

 

Ne les décevez pas

Ou alors pas trop

Leur vie n’est pas facile

Même s’ils savent profiter

 

Parfois ils disparaissent

Et parfois même ils restent

Ils apparaissent alors

Comme de simples humains

 

Mais comme le cygne noir

Agressif et méchant

Le diable en est un d’eux

Tout droit sorti des cieux

 

Il arrive surtout

Pour rendre la relève

Ou pour mieux vous tenter

De repousser  sagesse

 

Et l’essentiel est bien

D’en prendre bien conscience

Car l’ange je vous l’avoue

C’est peut-être bien vous

Lire la suite

MON GENERAL

27 Mars 2020 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

Mon Général

 

Depuis déjà longtemps

On me dit Colonel

Et même Général

Qu’y a-t-il de mal

 

Les uns sincèrement

De par ce que je fais

De par ce  que j’écris

De par ce que je dis

 

De par qui je fréquente

Dans bien tous les milieux

Au niveau national

Comme international

 

Je les laisse parler

Je ne mens surtout pas

Je les laisse m’enrober

C’est assez bon ma foi

 

Et ensuite se reprennent

Vérifications bien faites

Ainsi que déception

Me condamnant bien vite

D’y avoir mis leurs pions

 

D’autres s’en accommodent

Acceptant cet état

D’autres enfin s’en vont

Grognant sur ce constat

 

Certains par jalousie

Quand ce n’est de moquerie

pour bien mieux me piquer

et mieux me rabaisser

 

Ils emploient volontiers

Le petit grade acquis

Quand ils ne le contestent

Me traitant en mépris

 

J’ai certes beaucoup d’amis

Des vrais ou d’apparat

Qui ont beaucoup d’étoiles

Pour moi qui n’en n’ai pas

 

Officier j’étais bien

Mais point de général

Même si la famille

En a produit certains

 

Général sans étoiles

Comme princesse sans soulier

Je n’ai même pas la bleue

Et encore moins la rouge

 

J’étais discipliné

Et je le suis encore

Proche de l’esprit de corps

Bien trop illusionné

 

On a toujours voulu

Empêcher ma carrière

Dans certaines écoles

Et dans certains emplois

 

J’ai commencé bien bas

Trimant à chaque pas

Cumulant les diplômes

Travaux, Etudes

Et même publications

 

Quittant vite le terrain

Pour monter au plus haut

Et être confronté

A l’élite nationale

 

Qui m’ont cru un des leurs

Mais comme ils me disaient

Avaient mieux travaillé

Ont bien plus bourlingué

 

Porteur de plein d’espoirs

Sur beaucoup de dossiers

Dossiers empoisonnés

D’où je sortais d’affaires

 

Résilience permanente

Energie retrouvée

A toujours me refaire

Pour la chose publique

 

Proposant mains projets

Sortant de l’ordinaire

Pour faire avancer

Même les vieux caractères

 

Découvrant peu à peu

Les vraies subtilités

Du pouvoir et des jeux

D’où l’on ne survit pas

 

 

 

 

On m’a dit beau parleur

Et même que j’invente

Sans doute jaloux en face

De pareilles expériences

 

J’ai été protégé

Par certains anges gardiens

Dans bien tous les niveaux

Et qui avaient eux aussi

Sans doute connu des maux

 

Et bien vite descendu

Une fois la garde ouverte

Et même dans le dos

Par certains

ceux qui m’ont trouvé

 

Déçus peut être alors

Ou alors retournés

Par les vils et puissants

Qui se sentent menacés

 

Allant trop loin pour eux

Même si préconisé

Rebroussant leur chemin

En m’oubliant sur place

 

Ils gardèrent les idées

Jetèrent l’individu

Qui ne pouvait penser

De son rang l’eusse cru ?

 

Certains se sont trompés

Sont ensuite revenus

Comprenant ça et là

Certaines langues incongrues

 

Certains encore ont cru

Pouvoir me parler

Mais le système est là

Qui sans cesse vous broie

 

Je ne réclame rien

Ni médaille ni titre

Rien qu’un peu dira-t-on

De considération

Lire la suite

LES SIGNES BIENVEILLANTS

22 Mars 2020 , Rédigé par francoischarles Publié dans #poésie

Les signes bienveillants

 

Les avez-vous croisés

Les avez-vous subis

Les avez-vous goutés

Ou alors entendus ?

Les signes bienveillants

Et les actes manqués

 

Ils apparaissent là

Pour revenir ici

Ils vous surprennent aussi

Au détour d’une envie

 

Pouvez-vous les comprendre

Ou les analyser

Pouvez-vous simplement

En déduire les pensées

 

Une vierge qui vous assomme

Pour vous dire de rester

Un rhume qui apparait

Annulant ce dîner

 

Mais parfois rien n’y fait

Vous ne voulez rien voir

Vous partez sur un fait

Le jour ou bien le soir

 

Vous oubliez la belle

Puis une sonnerie résonne

La même que l’ex aimée

Qui vous a tant trahit

 

Sans comprendre pourquoi

Vous l’avez enregistrée

Pour une autre personne

Bien vite disparue

 

C’est aussi malgré vous

Une photo qui revient

Et qui revient sans cesse

Sans que vous demandiez

 

Un sms reçu

Amoureux celui-là

Hélas non destiné

Qui vous fait bien comprendre

Un amour débutant

Ou alors confirmé

Alors qu’elle disait

Vouloir seule rester

Alors qu’elle  vous poussa

A partir pour lui

Mais vous éclaire aussi

Que c’est à vous qu’elle pense

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>